Acces membres
Pseudo :
Mot de passe :
 
Gard
Histoire

Le département du Gard a été créé le 4 mars 1790 à partir d'une portion de l'ancienne province du Languedoc. Le traçé prévu tout d'abord a été modifié par l'échange du canton de Ganges, avec celui d'Aigues Mortes, ce qui a donné au Gard une ouverture vers la mer. Le chef lieu du département ne sera définitivement Nîmes qu'en 1794, jusque là, ce sera une alternance entre Alais (Alès), Uzès et Nîmes.

L'autorité préfectorale ne sera mise en place que 10 ans plus tard.

Le département du Gard possède une très grande richesse sur le plan archéologique, avec des sites préhistoriques pouvant figurer parmi les plus anciens connus tel La Baume Latrone sur le Gardon. L'habitat des périodes préhistoriques est présent tout autant dans les gorges de l'Ardèche, du Gardon et de la Cèze que sous forme de villages de cabanes, comme celui de Fontbouisse, près de Villevieille. Des époques gauloises le Gard est riche en sites divers, même si l'époque romaine est venue se juxtaposer sur de nombreuses bases gauloises. Sur le plan de l'occupation romaine, on peut certainement parler de la région comportant les plus importants monuments de cette époque, pour ne citer que l'aqueduc de Nîmes de 50km de long avec le pont du Gard l'ouvrage le plus considérable de toute les provinces romaines, ou la maison carrée de Nîmes qui est le plus grand temple intact existant de cette période, etc...

A partir de la fin de l'empire romain, ce furent les invasions barbares qui ont pris le pas sur la paix romaine, puis les Wisigoths qui s'installent en Septimanie et les Sarazins qui déferlent et ravagent la région. Il faut attendre le VIIIème siècle pour que Pépin le Bref fasse la reconquête de la région.

C'est alors le début de la période féodale, avec des prises d'indépendance. Dès le IXème siècle, comtes, vicomtes, barons, qui géraient chacun leur territoire sous l'autorité du roi, se transforment en possessions héréditaires et indépendantes du pouvoir royal.

Nîmes devenu vicomté est un fief du comté de Toulouse, puis au début du XIIIème siècle passe sous la coupe des rois d'Aragon. En 1258, Saint Louis rachète le vicomté de Nîmes, puis en 1270, c'est tout le Languedoc qui est réuni sous la coupe du roi de France. A partir de cette époque nous voyons les vigueries féodales devenir des vigueries royales.

Cette organisation administrative perdurera jusqu'au XVIème siècle.

A partir du XVème siècle le Gard connaît un essor économique très important avec le développement de manufactures de tissus, d'abord essentiellement dans les Cévennes, puis avec un essor important sur Nîmes. La confection des premiers jeans, qui étaient destinés aux bergers cévenols, puis furent utilisés par les marins génois avant de servir aux chercheurs d'or en Amérique. Les confections de Nîmes se diversifient et s'exportent dans le monde entier.

Aux XVIème et XVIIème siècles, les guerres de religion firent beaucoup de dégâts dans la région. A partir de la révocation de l'édit de Nantes, la chasse aux protestants reprit de plus belle avec massacres, destructions de leurs lieux de culte et emprisonnements, comme pourrait s'en souvenir la tour de Constance à Aigues-Mortes. Curieusement, ces exactions qui s'étaient calmées au cours du XVIIIème siècle, furent réveillées par la révolution qui avait pourtant édité dans les droits, un article sur la liberté de religion. Le XIXème siècle voit arriver une forte concurrence des soieries Lyonnaises et l'industrie commence à décliner. Nîmes et sa région se reconvertissent dans le vignoble qui connaîtra un essor important, pourtant tempéré par la crise du phylloxéra dont le premier foyer est apparu dans le Gard à Pujaut. Les Cévennes, avec l'arrivée du chemin de fer développent l'exploitation minière et une nouvelle prospérité s'installe, elle durera jusqu'à la moitié du XXème siècle, avec toutefois une baisse de la rentabilité à partir de 1900, due à la concurrence des charbons de Grande Bretagne.

Au XXème siècle, ce seront, à partir de la moitié du siècle, les fermetures successives de toutes les mines du département, laissant une situation de désastre dans beaucoup de communes.

Mais le département réagit, il se remodèle, pousse le développement de sa viticulture vers une production de qualité et non de quantité, met en place toute une structure d'accueil pour le tourisme qui prend une part de plus en plus importante dans l'économie locale. Nîmes se transforme, s'adapte. Des projets importants urbains et immobiliers voient le jour sous l'égide des plus grands architectes du moment : Jean Nouvel, Philippe Starck, Norman Foster, Jean-Michel Wilmotte, Vittorio Gregotti, Kisho Kurokawa, Martial Raysse.

Le complexe portuaire de Port Camargue est aussi un élément important de cette nouvelle dynamique, avec la création d'un port de plaisance de 4600 places, il se situe comme un des premiers ports de plaisance d'Europe.

Le XXIème siècle se veut résolument tourné vers le tourisme. De nombreuses activités festives se déroulent dans les localités du département, le tourisme ne se tourne plus exclusivement vers les stations balnéaires, mais pénètre les zones de campagne et de montagne. La découverte de la nature, les randonnées offrent de plus en plus de tracés. Les activités culturelles, les découvertes de l'histoire locale, les musées, sont autant d'attraits nouveaux qui font de ce département tout à la fois tourné vers la mer et la montagne un lieu de séjour de première qualité.


Réalisation : Vitrine-Internet - Photos et textes : Michel Bonnefoy ou voir signature photo.
Tourisme et vacances en France
sous le signe de la découverte
01 Octobre 2020 18:47:36
Ecrivez-nous :